Echos du Conseil du 4 mai 2017

07/05/2017 12:17

France Hotterbeex et Loïc Olivier posent différentes questions.

Le receveur régional apporte des corrections, donne certaines réponses mais dans l’ensemble une certaine confusion règne dans la répartition des postes budgétaires.

Nous concluons : L’examen des comptes, en quelques jours, nous permet seulement d’avoir une idée de la réalisation de certains projets communaux. Nous estimons que nous ne sommes pas compétents pour dire si ces comptes sont corrects ou pas. Les approuver serait faire une confiance aveugle au Collège et au Receveur régional. Nous n’avons aucune raison de douter de leur honnêteté, mais c’est une responsabilité que nous ne voulons pas prendre, c’est pourquoi nous nous abstiendrons.

13-point supplémentaire proposé par Renouveau : « santé publique : le danger des LED »

France Hotterbeex explique que suite à une réunion professionnelle, elle souhaitait faire part au Conseil des dangers potentiels des certains LED et propose que le Conseil prenne certaines mesures pour la santé de nos concitoyens :

  • Agir au niveau des bâtiments publics surtout ceux fréquentés par les enfants : crèches, écoles, locaux ONE : vérifier que les LED utilisées sont celles de la catégorie blanc chaud : < 2700 K, remplacer celles de température plus élevée et n’installer que celles de la catégorie < 2700 K.
  • Agir au niveau de l’éclairage public en exigeant d’ORES des LED < 2700 K si elles sont orientées vers le bas.
  • Informer la population concernant le problème des ampoules mais aussi des écrans contenant des LED.

Le Bourgmestre dit qu’il s’est renseigné auprès d’ORES qui donnera suite. Il explique que le Collège veut prendre l’avis de spécialistes avant d’agir et qu’il va consulter le ministère de la santé. Il propose de ne pas voter sur ce point.

France réplique que ce qui compte c’est que le problème soit soulevé. Elle compte bien suivre ce dossier.

14-point supplémentaire proposé par Renouveau : "Stage de conduite pour jeunes conducteurs"

Aurore Gryson explique que cela existe dans d’autres communes de la région et propose :

« Vu le nombre d'accidents de la route recensés et les victimes de ceux-ci.

 

Vu que tous les accidents ne peuvent être évités mais que souvent, la technique de conduite ou les inattentions sont la cause d'accidents.

 

Vu que la conduite défensive et les cours de maîtrise automobile peuvent notamment aider à éviter un accident.

 

Vu que l’âge d’un jeune conducteur se situe par la plupart des compagnies d’assurance entre 18 et 23 ans.

 

Vu l’existence d’un centre d’apprentissage à Hermalle S/Argenteau organisant des stages de conduite défensive.

 

Vu le coût de cette formation, à savoir : 150,00 € par personne (groupe de 3 à 15 personnes) de 3 heures (matin ou après-midi.)

Le Conseil DECIDE :

 

D’organiser annuellement, une formation à la conduite défensive dispensée par le « Centre de Maîtrise du Volant », Z.I. industriel Hermalle/Haccourt, Rue Voie de Liège, 1 à 4681 HERMALLE S/ARGENTEAU, à raison d’une demi-journée, la commune de Dalhem prenant en charge une partie du coût de la formation à hauteur de 50,00 € par participant.  Le prix de cette demi-journée de stage pratique étant fixé à 100,00 €, prime communale déduite.

 

Les conditions de participation au stage et à l’octroi du subside de la commune de Dalhem :

 

  • Être détenteur du permis de conduire B,
  • Avoir entre 18 et 23 ans,
  • Être domicilié sur le territoire de la Commune de Dalhem. »

 

De plus, Aurore propose de commencer par un budget de 500 € pour cette année, soit un subside communal pour 10 personnes, afin de voir si l'opération rencontre un certain succès...

 

 

Les arguments de la Majorité :

  • Il y a dans la commune 500 jeunes entre 18 et 23 ans
  • Le budget ne permet pas d’offrir ce stage à tout le monde
  • Il serait injuste de favoriser certains et pas d’autres
  • La commune de Soumagne qui le propose est sous tutelle financière

 

Bref quand on ne veut pas, on ne veut pas.

Le point est refusé Majorité PS/MR contre Renouveau.

Questions orales :

 

Francis Tarzan Deliége :

1 : Pince hydraulique.

Je lis dans le PV du conseil communal du 28/5/2015 :

« Attendu que le ramassage des bâches agricoles est de plus en plus sollicité par les fermiers de la commune.

Attendu que l’achat d’une pince hydraulique devient nécessaire afin de répondre à la demande et faciliter le travail des ouvriers communaux. »

L’achat de cette pince hydraulique était estimée à 2200 € tvac et elle fut achetée.

Alors pourquoi toujours utiliser la grue pour l’enlèvement des bâches ?

Léon Gijsens explique que les ouvriers communaux sont réticents à utiliser la pince mais il reste persuadé que c’est un bon achat et qu’ils finiront par s’en servir.

Tarzan réplique qu’en attendant des marguerites risquent de pousser autour de ladite pince ! Il ajoute qu'avec cette pince qu'on n'utilise pas, on aurait pu, avec ce budget de 2000 €, offrir quelques stages de conduite ...

2 : Fenêtres et portes sur la façade arrière de la maison communale.

En 2015, je vous avais fait remarquer l’état catastrophique des portes et fenêtres de la façade arrière de la maison communale à Berneau, leurs châssis étaient complètement démunis de protection contre les intempéries.

Au mois de septembre 2016 (coco du 29/9 ), je vous ai adressé un rappel de la situation.

A ce jour, toujours rien de réalisé à propos de l’état de ce patrimoine.  Quand allez-vous vous occuper de ce problème ?

Le Bourgmestre explique qu’il faut faire des choix budgétaires et que l’on ne peut pas tout faire.

Tarzan dit que les ouvriers communaux pourraient mettre une couche de peinture pour protéger.

Le Collège explique qu’ils sont occupés ailleurs.

Tarzan réplique que s’ils utilisaient la pince hydraulique, un seul ouvrier pourrait ramasser les bâches agricoles et les deux autres pourraient peindre !

 

France Hotterbeex :

 

Le 24 mars, le bureau RADIAN a envoyé un courrier à l’entrepreneur qui a réalisé les travaux de la placette à Aubin concernant un problème de malfaçon de la fondation en béton maigre. Il refuse la réception provisoire. Pouvez-vous nous détailler la suite dans ce dossier.

L’Echevin des travaux explique que les fondations du filet d’eau au centre de la rue ne correspondent pas aux normes et que la Région refuse de subsidier. Ils sont en train de négocier avec l’entrepreneur pour qu’il baisse son prix. Le travail ne sera pas refait car cela risque d’être pire.