Suite à un problème technique, cette rubrique a dû être remise à jour,

nous y avons remis le plus possible.

Actualités Politiques

Echos du conseil du 17 mai 2018

23/05/2018 20:28

2-MT- remplacement des châssis administration bâtiment de Dalhem :

Mr Voos, l’architecte vient nous présenter le dossier.

Loïc Olivier demande :

Ce projet a pour but de remplacer les châssis de la maison communale à Dalhem. A la lecture de ce projet, nous avons les questions suivantes :

Ces travaux comprennent le remplacement de tous les châssis du bâtiment incluant la fenêtre qui sera remplacée par une porte lors des travaux d’accessibilité. Ne serait-il pas judicieux de coordonner ces deux projets afin d’éviter des frais inutiles ?

Réponse : dans la mesure du possible, c’est ce qui est prévu mais de toute façon le châssis de la fenêtre qui va être remplacée par une porte ne sera pas changé.

 

La motivation de ce projet est d’entretenir le bâtiment mais également de réaliser des économies d’énergie. Il aurait été logique de nous donner le coût de chauffage qui pourra être épargné via ces travaux.

Avez-vous calculé le gain de chauffage attendu grâce à cet investissement ?

Réponse : non, ces calculs sont assez compliqués et le service de la Région wallonne en charge du dossier va se charger de faire le calcul. L’architecte aurait voulu des châssis PVC pour augmenter l’isolation mais les Monuments et Sites ont exigé des châssis en bois.

 

Qu’en est-il de la ventilation ?

Les nouvelles menuiseries seront plus étanches au passage de l’air que les anciennes or on sait que si la ventilation des locaux est insuffisante, il y aura des problèmes d’humidité comment avez-vous réglé ce problème ?

Réponse : il y aura un flux d’air via la ventilation des sanitaires qui vont être rénovés (projet d’accès PMR)

 

Ce projet nous rappelle qu’en septembre 2014, nous avions parlé du remplacement des châssis avant de l’administration communale de Berneau, où en sommes-nous dans ce projet-là ?

Réponse : différentes propositions ont été faites au service des Monuments et Sites, nous attendons la réponse.

 

7- Site internet de la Commune – Application guichet en ligne – Convention d’utilisation avec le FEDICT

Aurore Gryson intervient :

Pour une meilleure lisibilité de la convention entre la Commune et le FEDICT, il conviendrait, nous semble-t-il, de rajouter dans la délibération, avant le copier/coller de ladite convention que la Commune est « l’utilisateur » et le citoyen « l’utilisateur final ».

D’autre part, dans la convention :

L’article 1.3.3 : Coûts liés à l’utilisation sur service :

L’utilisation est gratuite.

Le paiement éventuel dû aux responsables des sources authentiques pour les services de source d’information est à charge de l’utilisateur qui recourt aux services de cette source authentique.

Ce paragraphe est peu clair.  Avez-vous des exemples concrets pour l’illustrer ?

Réponse du Bourgmestre : la convention dit que c’est gratuit !

 

Aurore : quid du « payement éventuel » ?

Pas de réponse, la directrice générale dit finalement qu’elle va se renseigner.

 

Les articles 2.2.1. et 2.2.2. relatifs à l’indisponibilité du service :  Comment la population en sera-t-elle informée ? Mais surtout pour ces indisponibilités et pour les citoyens ne disposant pas d’un ordinateur, le service population de la Commune restera-t-il opérationnel ?

Réponse : les citoyens pourront toujours se rendre à l’administration communale, le guichet en ligne est un plus, il ne remplace pas le service actuel.

 

8- Environnement – bulles à verres enterrées – Berneau :

 

Loïc Olivier intervient :

Si le site envisagé pour le placement de ces bulles à verres enterrées devait s’avérer non standard à savoir avec présence d’eau, de roches ou nécessitant le déplacement d’impétrants, les frais supplémentaires seraient à charge de la commune.
Avez-vous vérifié si la commune risque de tomber dans l’un de ces cas ?

Francis Tarzan Deliége ajoute que le matériel est déjà rue des Trixhes.

Réponse : des sondages sont prévus, le matériel est déjà sur place car ils ont fait une tournée de distribution. Si le site ne convient pas, le matériel sera déplacé.

 

Sur quelle base le site de BERNEAU a-t-il été choisi ?

Réponse : parce qu’il est au milieu d’habitation, cela diminue les nuisances : bruit, odeurs, insectes.

 

En matière d’assurance, la franchise pourra dans certains cas être facturée à la commune en cas de problème. Connaissez-vous le montant de cette franchise ?

Réponse : non, la directrice générale va se renseigner.

 

9– Voiries communales – Raclage, reprofilage et enduisage de voiries :

 

Ce point avait été reporté lors du conseil du 29 mars car Jojo Cloes avait remarqué des erreurs dans le calcul des matériaux nécessaires.

Il est représenté ce jour avec une diminution du nombre de chaussées qui vont être réparées : 7 à la place des 9 prévues auparavant.

Jojo a étudié le nouveau dossier et fait 9 remarques dont :

L’action proposée vise à remédier entre autres à la présence de nids de poule. Mais dans beaucoup de cas, les nids auxquels on a à faire sont plutôt des nids d’autruche, vu leurs dimensions et notamment leur profondeur laquelle est bien supérieure à l’épaisseur de raclage qui est de 5 cm. Or, il faut savoir que si la profondeur du nid est supérieure à 5 cm, c’est le coffre de voirie qui est atteint et le simple remplissage comme prévu au cahier des charges proposé est une très mauvaise opération qui ne tiendra pas plus qu’un an ou deux. Elle équivaut à plomber une dent sans avoir enlevé la totalité de la carie.

Le poste 39 du métré prévoit l’évacuation des matériaux issus du fraisage vers le hall des travaux en régie d’heures. Cela n’a pas lieu d’être car les poste D …-RE comprennent l’évacuation. Le montant indiqué pour cela au métré est de 7200,00 €. C’est autant qu’on peut épargner.

 

Le délai de garantie est fixé à 1 an. Le QualiRoutes, quant à lui, prévoit 5 ans. Cela signifie donc qu’on est conscient que le type de travail qu’on impose à l’entrepreneur ne tiendra pas très longtemps et qu’il lui serait impossible de le garantir suffisamment. Belle envolée d’honnêteté vis-à-vis de l’entrepreneur !

 

En conclusion, vu le nombre et l’importance des remarques, et vu le fait que, tel quel, il prescrit des travaux de faible qualité, le cahier des charges doit être revu.

intervention complète de Jojo: RaclageEnduisageVoiries20180517.pdf (116940)

Réponse : Jean Janssen affirme que le travail sera bien fait, qu’il s’agit seulement de réparations et pas de réfection complète des chaussées et que le travail tiendra 6 ou 7 ans.

 

Ces arguments ne nous convaincant pas, nous votons non.

 

Questions orales :

Francis Tarzan Deliége :

J’ai trois questions relatives à la sécurité des personnes.

1 : Berneau - Rive gauche de la Berwinne à hauteur du terrain de rugby . - Peupliers

Sur la rive gauche de la Berwinne, à hauteur du terrain de rugby, il y a six peupliers qui sont très grands mais qui ne sont plus très vaillants. Le risque est donc qu’ils soient renversés lors de grands vents.

Que prévoyez-vous pour éliminer ce risque ?

Réponse : contact a été pris avec les services régionaux en charge de ce problème.

 

2 : Berneau - Rue des Trixhes – Circulation automobile.

La rue des Trixhes est réservée à la circulation locale.

Beaucoup d’habitants de la rue ont observé le passage d’un nombre de plus en plus grand de véhicules étrangers à la rue.

Les habitants ont aussi observé que beaucoup de véhicules roulent à une vitesse excessive.

Comment comptez-vous solutionner ces problèmes ?

Réponse : c’est surtout à cause des travaux à Fourons, le Collège en a parlé avec la police.

 

3 : Berneau – Ecole – Escalier du réfectoire – Main courante.

A l’école de Berneau, l’escalier qui relie le réfectoire au hall ne comporte aucune main courante.

Ce dispositif est indispensable pour les personnes à mobilité réduite et il sécurise aussi fortement les personnes à mobilité normale.

Pouvez-vous envisager d’améliorer la situation ?

Réponse : c’est comme cela depuis très longtemps, l’escalier est entre 2 murs et il n’y a jamais eu d’accidents. Le Collège n’a reçu aucune plainte.

Vous êtes électeur le 14 octobre 2018

13/05/2018 21:42

Vous êtes électeur le 14 octobre 2018.

Voici qui peut vous intéresser et vous éclairer.

 

20180517-Conseil communal-Ordre du jour

11/05/2018 00:42

La prochaine séance du Conseil communal se tiendra à l'Ecole de Mortroux, La Foulerie n°4,

le Jeudi 17 mai 2018 à 20h.

Vous y êtes cordialement invités.  Voici l'ordre du jour.

 

Tu votes pour la première fois

22/04/2018 23:42

Tu auras 18 ans au plus tard le 14 octobre 2018.  Bravo,

ce 14 octobre 2018, tu voteras pour la première fois

 à l'occasion des élections communales.

Un peu compliqué?  Non, il suffit de suivre le guide.

 

Prochain Conseil

20/04/2018 14:50

Le Conseil prévu le jeudi 26 avril est reporté à une date ultérieure...

Echos du Conseil du 29 mars 2018

01/04/2018 16:49

1-PV du 01-03-2018 :

Jojo Cloes explique :

Concernant ma question post-conseil à propos des travaux réalisés par les services communaux sur la Ligne du Trimbleu, le procès-verbal indique :

« M. J. JANSSEN, Echevin des Travaux, précise : - - qu’il y a une distance de 20 mètres maximum sur le territoire de Blegny  …. »

Sur cela, j’ai réaffirmé que j’estimais à 400 mètres la longueur des travaux réalisés sur Blegny et j’ai fourni au Collège une carte géographique sur laquelle le tracé était indiqué.

Le procès-verbal ne fait pas mention de cette affirmation et je voudrais que cela soit ajouté au PV.

La demande de Jojo est acceptée et le PV rectifié.

Le PV est approuvé à l’unanimité

 

5- MP Travaux : raclage et enduisage de diverses voiries communales :

Loïc Olivier intervient :

La Rue de Mons s’achève par un pont, de qui dépend l’entretien de ce pont ?

Est-il prévu de le rénover ?

Séverine Philippens répond que ce pont vient d’être rénové et qu’il dépend de la ville de Visé.

 

Loïc : Il est imposé que les travaux soient finis pour le 31/07/2018, pourquoi cet empressement ? Est-ce réaliste étant donné que la plupart des firmes sont fermées au mois de juillet ? Quelles seraient les conséquences pour le soumissionnaire d’un non-respect de ce délai ?

Jean Janssen : c’est un travail qui ne prend pas trop de temps, ça devrait pouvoir être fait dans les temps sauf s’il pleut trop.

 

Loïc :  Article 12, sous-traitance, il est dit que le délai pour prévenir la commune des coordonnées des sous-traitants est de 15 jours mais qu’il peut être réduit en cas d’urgence, quel serait le délai dans ce cas ?

Pas de réponse

 

Loïc : Sur quelles bases ont été sélectionnées les rues qui vont bénéficier de ce petit coup de frais ?

Jean Janssen : on a choisi les plus abîmées.

 

Jojo Cloes intervient et explique notamment :

Le montant estimé des travaux est de 207.423,34€.

3 actions sont proposées :

  • Raclage.
  • Reprofilage.
  • Enduisage.

La première opération prévue est le raclage, elle consiste à enlever le tarmac sur une série de zones. Au vu des chiffres qui nous sont donnés la somme des surfaces est de 6000 m² soit +/- ¼ des 26.000 m² de surface totale de route concernée.

La deuxième opération est le reprofilage qui consiste à remplir la zone raclée d’un enrobé bitumineux de manière à rétablir le profil initial de la route.

Je ne peux que constater que tant le métré que l’estimation ne prévoient le reprofilage que pour le chemin des crêtes et qu’ils l’ont oublié pour les 8 autres routes.

Or, la surface totale raclée et oubliée est de 5933 m² qui, avec 5 cm de profondeur, nécessite 296 m³ d’enrobé bitumineux de remplissage.

A 2350 kg/m³ cela fait 697 T oubliées.

Cela veut dire qu’il faut majorer l’estimation et donc le montant que nous devons approuver de 700 T * 115 €/T = 80500 € HTVA soit 97000€ TVAc, sur un total de 207000 €, ce n’est pas une clopinette vu que c’est de l’ordre de la moitié du chiffre défini par le Collège.

 

Jean Janssen explique que les différentes voiries ont été examinées de visu avec l’auteur du cahier des charges et essaie de justifier les chiffres. Le Bourgmestre et les autres membres du Collège se taisent.

S’en suit une décision de reporter le point.

 

Jojo continue :

L’action proposée vise à remédier entre autres à la présence de nids de poule. Or la profondeur des nids de poule présents sur les routes concernées est dans beaucoup de cas bien supérieure à l’épaisseur de raclage qui est de 5 cm.

Mais il faut savoir que si la profondeur du nid de poule est supérieure à 5 cm, c’est le coffre qui est atteint et le remplissage comme prévu est une très mauvaise opération qui ne tiendra pas plus qu’un an ou deux.

 

Les déchets de raclage peuvent être de deux types : bitumineux ou goudronneux.

Les déchets bitumineux peuvent être recyclés tandis que les déchets goudronneux ne le peuvent pas et ils doivent être éliminés dans des centres spécialisés, de sorte que le coût de leur élimination est extrêmement élevé.

C’est pourquoi le document de référence A8 du cahier QualiRoutes impose que le cahier des charges indique l’identification des matériaux en place.

La détermination de la composition des déchets de raclage est une opération assez simple à réaliser : il suffit de tester quelques échantillons au moyen d’un Pak Marker ou détecteur de goudron.

La composition des déchets de raclage n’est pas indiquée au cahier des charges, c’est un manquement grave.

 

 

Il est donc décidé à l’unanimité de reporter le point pour étudier les différentes remarques de Jojo et de représenter le point au prochain Conseil.

 

8- Dénomination d’une voirie :

Vu les projets de construction d’habitation accessibles par le chemin communal dit du jardin, il faut donner un nom à cette voirie.

Le Collège propose au Conseil de nommer cette voirie « Chemin du Jardin ».

Ce qui est accepté à l’unanimité.

 

Questions ouvertes au Collège :

Loïc Olivier :

Nous avons lu que Test achats a envoyé un courrier à l’ensemble des bourgmestres afin que ceux-ci fassent pression pour l’instauration d’un système de consignes sur les canettes et bouteilles. Avez-vous reçu ce courrier et quelle est votre position en la matière ?

Arnaud Dewez répond qu’il ne se souvient pas d’avoir reçu ce courrier mais que personnellement il est pour que les cannettes soient consignées.

Loïc dit qu’il va lui envoyer l’article en question.

 

France Hotterbeex :

Le 15 mars, nous avons reçu copie d’un courrier du comité scolaire de l’école de Mortroux concernant des problèmes de surveillance du temps de midi, quelles actions avez-vous prises ?

Ariane Polmans répond qu’il y aura une personne supplémentaire pour surveiller les enfants dès la rentrée après les vacances de Pâques et qu’un « cadastre » des possibilités de fournitures de plats chauds dans les écoles va être réalisé car c’est le réchauffage des repas qui pose problème.

 

 

Echos du Conseil du 01/03/2018 :

13/03/2018 16:37

1-PV :

Renouveau s’est abstenu car, de nouveau la majorité a refusé l’insertion des interventions de Jojo Cloes qui l’avait demandé, respectant ainsi le Règlement d’Ordre Intérieur du Conseil.

2-Renouvellement du revêtement de la salle de sport à Dalhem :

Ce dossier revient au Conseil : la ministre de tutelle a demandé la révision du cahier des charges pour qu’il soit en conformité avec la nouvelle règlementation de juin 2017.

Nous posons quelques questions car il nous semble y déceler encore des divergences entre les demandes de la tutelle et le projet de délibération qui nous est soumis.

Mme la Directrice générale nous rassure en confirmant que, cette fois, tout est correct.

8-IMIO- convention de service :

Il s’agit de passer des conventions avec cette intercommunale en vue de renouveler le site internet de la commune et de disposer d’un guichet en ligne permettant de commander et payer des documents via internet. Un nouveau service à la population bien utile pour les citoyens qui ne devront plus se déplacer jusqu’à la maison communale.

15- Visites domiciliaires- point supplémentaire présenté par Renouveau :

Juliette Claude-Antoine présente :

« Le projet de loi qui autorise les visites domiciliaires en vue d’arrêter une personne en séjour illégal a suscité une large opposition. Les différents avis émis jusqu’à présent par le Conseil d’Etat, l’ordre des avocats, l’association syndicale de la magistrature, l’église catholique, la franc-maçonnerie et les différentes associations citoyennes (CNCD, Ligue des droits de l’homme, Ciré…) considèrent que :

  • La loi offre déjà aux forces de sécurité tout le loisir d’intervenir et de contrôler toute personne susceptible de nuire à l’ordre public ;
  • Le projet actuel viole le droit au respect de la vie privée et le droit à l’inviolabilité du domicile ;
  • Le projet de loi stigmatise les personnes en situation de séjour illégal en supprimant les droits de la défense les plus fondamentaux (et assimilant une procédure administrative à une procédure pénale) ;
  • Le projet de loi s’apparente à une forme de pression larvée permanente et intimidante qui vise à dissuader, à criminaliser la solidarité.

De nombreuses communes, quelle que soit leur couleur politique, ont déjà déposé une motion contre ce projet.

C’est pourquoi Renouveau demande au Conseil communal de se positionner contre ce projet de loi sur les visites domiciliaires et de se déclarer commune « hors visites domiciliaires », hospitalière, responsable, accueillante et ouverte. 

Elle propose que :

Le Conseil,

 

  • Vu que la justice est là pour rendre des arrêts et non des services ;
  • Vu que la loi ne punit pas la solidarité ;
  • Vu que le juge d’instruction dispose d’un pouvoir déterminant dans ce projet de loi à l’heure où le gouvernement fédéral veut aller vers une réforme de leur rôle voire les faire disparaître ;
  • Vu que le mandat de perquisition est lié à une enquête pénale, qu’ici on demande au juge de faire quelque chose qui n’a rien à voir avec une enquête pénale, que le juge est donc détaché de l’enquête, qu’il n’a rien instruit, que le juge doit intervenir en dehors du périmètre normal de son activité ;
  • Vu que la directive « retour » instaurée par l’Union européenne n’impose pas de mettre en place les visites domiciliaires, qu’elle préconise d’abord des mesures non-coercitives, puis seulement, en dernier ressort, des mesures coercitives ;
  • Vu que la Belgique dispose dans son arsenal législatif de mesures non-coercitives telles que prévues dans la directive mais qu’il apparaît que l’office des étrangers n’applique pas ou que très rarement ces mesures non-coercitives.

 

Statuant à l’unanimité ou par .. voix pour (..), .. voix contre (..) et .. abstention(s)

 

DECIDE :

 

  • D’inviter le parlement fédéral à rejeter ce projet de loi ;

 

Mr le Bourgmestre reproche que le projet de loi en question ne figure pas au dossier et le détaille. Il explique que quant à lui, il ne peut se positionner sur la question vu qu’il s’agit uniquement d’un projet dont certains points doivent être précisés.

Le point est approuvé par 9 oui (Renouveau, PS), 5 abstentions (MR), 1 non (E. Deckers-Schillings).

VisitesDomiciliaires-ProjetLoi-Texte20180306-54k2798001.pdf (987298)

 

16- primes de naissances- point supplémentaire présenté par Renouveau :

Loïc Olivier explique :

Depuis de nombreuses années, notre commune octroie des primes de naissances et adoption aux heureuses personnes qui voient arriver un enfant au sein de leur famille.

 

Au vu de l’évolution de la société et des législations, nous pensons que ce règlement qui régit ces primes doit être revu.

 

Voici notre proposition :

 

-Un chèque cadeau est octroyé au père ou la mère d’un enfant né ou adopté dans l’année qui précède la délivrance du chèque cadeau.

-Ce chèque est octroyé pour autant que la mère et ou le père soit domicilié dans la commune au moment de la naissance

-Le chèque est octroyé lors d’une cérémonie qui se déroule en compagnie des membres du collège et du conseil communal dans l’année qui suit la naissance ou l’arrivée de l’enfant.

-Lorsque ni la mère ni le père de l’enfant ne peut se rendre à la cérémonie, le chèque est envoyé par recommandé au bénéficiaire.

-Le montant du chèque est 50 euros sauf dans les cas suivants :

-Lorsque l’état de santé de l’enfant a nécessité une hospitalisation dépassant 7 jours

            -Lorsque la mère ou le père doit éduquer l’enfant seul

            -Lorsque l’enfant adopté est atteint d’une maladie grave ou un handicap

-Dans les cas précités, le montant du chèque est 100 euros.

 

Il propose que :

 

Le Conseil,

 

DECIDE :

 

De revoir le règlement d’octroi des primes de naissances.

 

 

Ariane Polmans explique que cette prime exprime la volonté du Collège (puis corrige : du Conseil) communal d’accueillir les nouveaux habitants. Elle insiste sur la rencontre entre parents et n’est pas favorable à l’envoi du chèque. De même, elle n’est pas favorable à des montants différents pour raison de surcroît de travail administratif.

Une discussion s’en suit où chacun exprime son opinion.

Jojo Cloes signale que le point du règlement qui doit absolument être revu est celui qui impose à la mère six mois de résidence à Dalhem avant la naissance pour bénéficier de la prime. Ce règlement fait que la mère qui emménage à Dalhem dans les six derniers mois de l’année et qui accouche pendant la même période sera exclue de la prime.

Le règlement doit être qu’il faut et qu’il suffit que la mère soit domiciliée à Dalhem le jour de la naissance pour bénéficier de la prime.

La conclusion est que tous les membres du Conseil sont d’accord qu’il faut revoir le règlement et le point est accepté à l’unanimité.

 

Questions ouvertes :

Jojo Cloes pose des questions sur l’organisation des travaux sur la Commune et notamment sur la communication entre les différents intervenants et les citoyens.

Il cite comme exemple :

Perturbations rue Joseph Dethier du 15/2 au 18/2.

Cela a fait l’objet d’un toutes boites signé par le Bourgmestre.

On peut y lire notamment la déclaration suivante :

Le Collège a exigé de la société Baguette que ces travaux soient réalisés durant les congés de Carnaval, afin de limiter au maximum les désagréments.

Qu’a-t-on constaté : c’est que les travaux n’ont pas été réalisés, que la route n’a pas été barrée durant les dates prévues et par conséquent qu’un grand nombre d’usagers ont effectué de grands détournements, sans nécessité. Par contre, la route a été fermée le 26/2, la déviation n’étant pas bien indiquée, de nombreuses personnes se sont perdues dans nos campagnes.

Travaux de pose de câbles électriques enterrés au village de Saint-André.

Le 21 février 2018, à 10h00 du matin, j’ai constaté que la firme Gehlen réalisait des tranchées en travers du chemin des crêtes, de sorte qu’il était impossible à tout véhicule d’entrer dans le village ou d’en sortir par le chemin des crêtes.

J’étais en voiture et moyennant quelques manœuvres pas très faciles sur cette route étroite j’ai fait demi-tour comme plusieurs autres automobilistes avant moi.

Pour une voiture avec remorque ou pour un camion, cela aurait été impossible.

Je suis évidemment allé voir le chef de chantier pour lui signaler que cette situation était très dérangeante si pas dangereuse. Il m’a répondu que la Commune ne voulait pas qu’un détournement par La Heusière soit organisé.

J’ai évidemment signalé immédiatement cette affaire à notre Directrice générale.

 

Arnaud Dewez et Jean Janssen expliquent qu’il y a régulièrement des réunions, que c’est l’entrepreneur qui est responsable de la signalisation et qu’un ouvrier communal est chargé de contrôler que la signalisation mise en place respecte bien les arrêtés de police pris pour les déviations. Ils déplorent que parfois l’entrepreneur commence des travaux sans prévenir. Ils assurent qu’ils mettent tout en œuvre pour que cela se passe au mieux !

Jojo demande aussi des informations sur les travaux réalisés par les services communaux sur la Ligne du Trimbleu :

 

« Le service communal des travaux réalise actuellement des travaux sur la ligne du Trimbleu, depuis le carrefour Rue Neuve Waide / Chemin de Tongres / ligne du tram sur une longueur de +/- 400 mètres en direction du tunnel.

Ces travaux sont en cours, ils ont débuté au moins depuis 3 semaines et mobilisent la grue communale, le camion et au moins 3 hommes.

 

Les travaux consistent en :

  • Au carrefour:
  •     Creusement d’excavations de dimensions minimales 8*5 * 2 m
  •     Remplir ces excavations de pierres de ballast
  •     Recouvrir de terre.
  •  
  • Le long de la ligne du tram, sur +/- 400 m :
  •     Creusement d’une tranchée de +/- 0,6 *0,8 m
  •     Pose d’un géotextile dans le fond de la tranchée.
  •     Pose d’un tuyau plastique cannelé, diamètre +/- 125 mm dans le fond de la tranchée
  •     Remplir la tranchée de pierres de ballast
  •     Pose d’un géotextile de recouvrement
  •     Recouvrir de terre

 

Il s’agit donc de travaux d’une ampleur évidente.

Ma question :

 

1. Comme ces travaux sont effectués sur le territoire de Blegny, leur coût doit être pris en charge par Blegny.

Selon quelle convention entre les deux Communes ces travaux sont-ils réalisés.

 

L’Echevin Janssen répond que c’est une convention verbale, sans autre précision et affirme qu’il n’y a que +/- 20m sur la commune de Blegny.

Jojo Cloes affirme fermement qu’il y a +/- 400 mètres et fait passer à l’Echevin Janssen la carte indiquant le tracé.

 

2. Vu que ces travaux impliquent une modification du relief, ils doivent faire l’objet d’un permis d’urbanisme. Est-ce le cas 

Le Collège ne donne aucune réponse.

 

3. Il m’a été rapporté que la finalité de ces travaux est de réaliser un drain de dispersion d’eaux usées provenant de Blegny, eaux usées que n’absorbe plus la cheminée de charbonnage dans laquelle Blegny les a déversées jusqu’à présent.

Ce faisant, Dalhem se rendrait complice d’une action illégale de pollution du milieu.

Cela est-il exact ? »

 

L’Echevin Janssen affirme qu’il s’agit d’eaux propres sortant de fosses septiques.

Jojo Cloes lui demande s’il en boirait et la réponse est non.

 

Arnaud Dewez explique que cela fait partie du projet supra communal englobant le tunnel de Dalhem en coopération notamment avec la commune de Blegny.

Jean Janssen affirme qu’il y a juste +/- 20m sur la commune de Blegny.

 

 

 

 

20180125-Echos du Conseil communal

02/02/2018 02:39

 

 

AG Renouveau du 26 janvier 2018

28/01/2018 12:21

Ce vendredi, Renouveau a tenu son Assemblée Générale annuelle.

La présidente, France Hotterbeex, présente le bilan de l’année 2017 après que le trésorier ait exposé le bilan financier: nos finances sont saines, et notre « caisse de guerre » est bien remplie pour les élections communales de cette année. Ensuite, la présidente commente l’année 2018, année des élections, et notamment les changements dans la réglementation et ses conséquences :

« Comme vous le savez peut-être, cette fois-ci, l’effet dévolutif de la case de tête aux élections communales est supprimé, ce qui veut dire que la place des candidats sur la liste n’a pas d’importance pour être élu. En pratique, pour les candidats, seul le nombre de voix obtenu déterminera s’ils sont élus. Et si Renouveau est dans la majorité, les éventuels postes dans le Collège seront également proposés aux candidats en fonction dudit nombre de voix obtenu.

Nous en avons discuté en comité et nous avons opté pour une transparence totale avec une liste tirée au sort ; il faudra bien expliquer la démarche à nos électeurs en insistant sur le fait que c’est à eux de choisir leur(s) candidat(s).

Pour la future liste électorale, il faut être le plus diversifié possible quant à la représentation de la population par village, âge, sexe, profession.

Je voudrais ajouter que se présenter sur la liste ne veut pas dire que l’on est prêt à accepter un poste de conseiller communal. La candidature exprime la volonté de soutenir notre mouvement et éventuellement d’accepter des fonctions que Renouveau peut remplir au CPAS, à l’ALE ou simplement soutenir des idées fondamentales fort différentes des partis traditionnels. Je rappelle que cette fois nous devons proposer 19 candidats et que la lutte est sévère : Arnaud Dewez et Pierre Etienne se démènent pour constituer leurs listes. Je ne pense pas qu’il faille trop se presser et accepter « n’importe qui » pour composer une liste, nous devons rester fidèles à nos principes et avoir des candidats qui partagent nos critères : la communication, la transparence, le débat et la rigueur ! »

Plébiscitée par l’ensemble des membres, Aurore Xhonneux-Gryson, cheffe de groupe au Conseil communal est désignée comme chef de file pour la future liste électorale. France restera présidente. Quant aux autres candidatures, nous pouvons déjà vous annoncer qu’Aurore sera accompagnée de : Juliette Claude-Antoine, Joseph Cloes, Loïc Olivier, Tjaard van Ellen, William Delrez, André Deroanne, Philippe Heynen, Alex Woos et bien sûr Francis Deliége dit Tarzan ! Une assemblée générale aura lieu prochainement afin de déterminer la liste complète des candidats, celle-ci vous sera évidemment présentée au terme de cette assemblée.

Renouveau a accompli un travail formidable au niveau communal grâce au travail de tous ses membres et le groupe doit continuer sur sa lancée. Nous sommes un mouvement citoyen qui se renouvelle, personne n’étant chez nous destiné à faire une carrière politique et personne n’étant indispensable ».

Echos du conseil du 21 décembre 2017

26/12/2017 17:19

Conseil important puisqu’il s’agit de voter les taxes et le budget 2018.

2- communications :

Lors du Conseil d’octobre, nous avions posé différentes questions sur les remarques de la tutelle concernant le compte communal 2016, Mr Philippin, receveur, est aujourd’hui présent pour répondre à ces questions. Certaines remarques de la tutelle reviennent, en effet chaque année et nous demandions comment cela était possible.

Concernant des dépassements de crédits, le receveur dit que cette remarque n’est pas fondée.

Jojo Cloes demande si le receveur va écrire dans ce sens à la tutelle.

Le receveur répond qu’il peut le faire et comme Jojo insiste, il dit qu’il va le faire.

Concernant la balance des comptes : soldes anormalement créditeurs ou débiteurs, le receveur dit que cela sera réglé sur le compte 2017 et explique qu’il ne s’agit pas des mêmes comptes que les années précédentes.

Concernant le recouvrement et les mises en non valeurs, il s’agit de travaux non réalisés Chapelle de la Tombe, un refus de certaines dépenses de feu l’ASBL congolaise : les autorités subsidiantes n’ayant pas accepté certaines dépenses, elles doivent être prises sur la cassette de la commune.

Bref d’après le receveur, tout est normal :  Nous ne pouvons que faire confiance, nous ne sommes en effet pas assez compétents pour le vérifier.

 

 

3- Services financiers : emprunts pour le financement des travaux extraordinaires 2016-2017 :

 

Ce point avait été voté au Conseil de février 2017 et le marché attribué en aout 2017 mais la tutelle a annulé la décision car :

« L’avis de marché fixe des critères de sélection qualitative de caractère financier, économique et technique, mais ne précise cependant aucun niveau d’exigence relatif à ces critères » ce qui est illégal.

 

Suite à une question de Loïc Olivier, le Bourgmestre explique que les factures 2016 ont bel et bien été payées mais directement par la trésorerie communale et que l’emprunt 2016 est réalisé pour revenir à la situation initialement prévue.

Jojo Cloes pose une question sur les montants en demandant de la précision, après vérification, il s’avère qu’il s’est trompé et il s’excuse. Sa deuxième question est :

A l’article 5 il est indiqué « au moins trois organismes financiers seront sollicités »

Or, la liste des établissements de crédit agréés donnée par la FSMA - Autorité des Services et Marchés Financiers comporte au moins 15 établissements.

 

Sur quelle base allez-vous définir la liste des établissements que vous allez interroger.

 

Le Bourgmestre dit qu’il s’agit d’une compétence du Collège et que lors du précédent marché, uniquement deux établissements bancaires ont répondu alors qu’il s’agissait d’un marché public.

 

4-Taxes IPP et précompte immobilier :

 

 

Aucun changement : IPP : 7.5 %, le Bourgmestre se vante de la taxation la plus faible de la région grâce à la gestion en bon père de famille des finances communales.

Le précompte reste à 2.600 centimes additionnel, le maximum prévu.  Aucun commentaire…

 

5- Budget 2018 :

Loïc Olivier et France Hotterbeex posent différentes questions, notamment :

À l’ordinaire :

10 000 euros pour le petit patrimoine, nous avions compris que rien n’avait pu se réaliser cette année faute de personnel, pensez-vous avoir la possibilité de réaliser le nécessaire cette année ? 

 

Réponse de H. van Malder : Normalement, le nécessaire pourra se faire. Il s’agit du monument à Berneau, de la pompe à Neufchâteau, du calvaire à Dalhem.

 

Be-alert : Quand les habitants de notre commune auront-ils accès à Be-alert ?

 

Réponse du Bourgmestre : Le but est de mettre cela en route le plus rapidement possible et il y aura une communication dans le bulletin communal

 

Prestations abribus : 8200€, soit une augmentation de +/- 300 %, pourquoi ?

 

Réponse de L Gijsens : un nouvel abribus va être créé à Fêchereux et les actuels doivent être rénovés

 

30 000 euros prévus pour la commémoration de la fin de la 1ère guerre mondiale. Qu’est-il prévu cette fois-ci ?

 

Réponse de H. van Malder : Bivouac, messe en Wallon, vieux métier, repas, une représentation comme à Val Dieu était prévu mais c’est trop onéreux donc le projet a été abandonné

Frais de téléphone bibliothèque : Le téléphone rentrant et sortant est-il installé dans les deux bibliothèques ? Où en sommes-nous avec l’installation d’une connexion Internet ?

 

Réponse de A Polmans : la bibliothécaire devrait avoir un téléphone portable. Pour internet, les démarches sont en cours.

Remarque : les bibliothèques sont installées dans leurs nouveaux locaux depuis plus d’un an, apparemment c’est difficile…

 

Prestations pour bâtiments : maison de l’enfance, halte-garderie, ONE : le budget est doublé et passe à 6.000€ : qu’est-il prévu de faire ?

 

Réponse de H. van Malder : Il y a de l’humidité à la maison de l’enfance et à l’ONE, il y a un problème au niveau du plafonnage.

 

Fournitures sentiers touristiques, on passe de 1000 à 5000 euros pourquoi ?

 

Réponse de L Gijsens (après que H van Malder lui ait soufflé la réponse…) : des nouvelles plaques doivent être mises en place sur les sentiers.

 

 

Indemnités pour activités dans le bibliothèque et activités : en 2017 : 360 + 1.00€ et en 2018 : 0 et 500€ : pouvez-vous nous dire ce qui a été fait en 2017 et ce qui est prévu en 2018 ?

 

Réponse de A. Polmans : Rien n’a été fait en 2017, nous augmentons les heures de la bibliothécaire pour qu’elle puisse s’en occuper.

Remarque : c’était déjà le cas en 2016 et Mlle Polmans avait répondu que ces activités allaient reprendre en 2017, décidément tout prend du temps pour les bibliothèques !

 

 

A l’extraordinaire :

 

Salle des Moulyniers à Feneur : Où en sommes-nous ?

 

Réponse de H. van Malder : Dans l’attente de nouvelles des autorités subsidiantes, il faut attendre février.

 

Rénovation salle du Conseil Dalhem : 5.000 € : Qu’est-il prévu en plus des aménagements déjà présentés ? Pourquoi cela n’a-t-il pas été prévu initialement ?

 

Réponse du Collège : Il s’agit de frais d’honoraires pour un architecte d’intérieur pour la rénovation de la salle des mariages : peintures, éclairage, décoration.

 

Travaux aménagements/ réfection diverses voiries : 260.000€ : Quelles voiries est-il prévu de rénover ?

 

Réponse du Bourgmestre : Chemin de Surisse, une étude doit être faite pour la rénovation vu l’ampleur des problèmes (20.000 euros prévus pour l’étude), la route de Fourons à Berneau, Thier Saive, Louis Schmet à Warsage.

 

 

Achat de boitiers supplémentaires pour radar mobile : 50.000€ : pouvez-vous nous expliquer ce que c’est ?

 

 

 

Réponse du Bourgmestre : Il s’agit de boitiers pour radar répressif : ces boîtiers vides seront installés dans toute la zone de la Basse-Meuse, le radar fera une tournante dans les différentes communes. Les automobilistes ne sauront pas dans quel boîtier le radar sera installé ce qui aura aussi un effet préventif.

 

Mobilité douce : création/traçage de pistes cyclables : 100.000€ : que comptez-vous faire exactement et où ?

Réponse du Bourgmestre vu les hésitations de l’échevin de la mobilité : liaison entre la piste cyclable venant de Mouland à Berneau et la future piste cyclable Visé-Berneau ; la rue de Fouron à Warsage.

 

Installation boîtes à livres : 5.000€ : où vont-elles être installées ? Le CCCA est-il impliqué ?

 

Ariane Polmans coupe la parole à Loïc et dit qu'il est prévu d’en mettre une dans chaque village et que le CCCA est impliqué.

 

Borne de rechargement véhicules électriques : Où comptez-vous l’installer ? Pourquoi pas une station CNG (gaz naturel) ? 

 

Réponse de L Gijsens : il s’agit, en fait, d'une borne pour vélos électriques qui sera mise à l’administration communale.

 

Nous remercions pour les réponses apportées à nos questions. Lors du vote, nous nous abstenons car si le budget est en équilibre, il ne correspond pas aux choix que nous aurions fait.

6- Rapport du Collège sur le budget 2018 :

Malgré nos remarques de l’année dernière, le rapport est présenté après le budget et est toujours aussi incomplet !

 

Loïc Olivier intervient comme suit :

 

Mobilité : Vous parlez de traçage de lignes blanches pour sécurité piétons entre autre Chemin de Surisse, Dalhem-Bombaye, je suppose qu’il s’agit uniquement le long de l’accotement réalisé Rue Lieutenant Pirard annoncé depuis de nombreux mois. Je me trompe ?

 

L. Gijsens explique qu’en effet la rue Lieutenant Pirard doit être faite : la firme manquait de personnel vu un ouvrier accidenté, après un an ils ont repris le travail quelques semaines et puis de nouveau le Collège n’a plus de nouvelles. L Gijsens pense que la firme est tombée en faillite et qu’il va falloir chercher quelqu’un d’autre.

 

Notons qu’il est possible de connaitre le statut d’une société ou d’un indépendant sur le site de la Banque Carrefour des Entreprises.

 

 

 

Aurore Gryson intervient comme suit :

En mai dernier, je vous ai présenté un point supplémentaire ayant trait au stage de conduite défensive pour les jeunes conducteurs.  Inutile de vous en rappeler les détails, chacun s’en souviendra.

Le Collège était unanime quant à l’utilité de ce stage.  Arnaud nous a fait remarquer que l’idée avait d’ailleurs été suggérée plusieurs fois au Collège par Léon et qu’elle n’avait jamais été retenue pour des raisons budgétaires.

Il m’a d’ailleurs été reproché de ne pas avoir estimé un budget lors du dépôt de mon point…

Aujourd’hui, j’ai découvert dans le rapport du Collège que le sujet était à nouveau à l’ordre du jour de 2018 sans pour autant trouver le moindre article y relatif au budget.

Est-ce une erreur matérielle, un mauvais copier/coller ou un projet qui pourrait devenir réalité plutôt pour le second semestre 2018….

Qu’en est-il ?

Le Bourgmestre explique que c’est repris au budget sous la rubrique stage, il dit qu’il n’est pas possible de le faire pour tous les jeunes pour une raison budgétaire mais que ce sera pour tous les jeunes qui auront eu le permis dans l’année. 

 

De nouveau un projet que Renouveau propose, qui est refusé pour être repris par la Majorité. Le Bourgmestre s’en défend en disant que peu importe qui propose le projet, tout est question de Budget. Un accord de principe leur aurait sans doute écorché la gorge.

 

11 – Broyeur – Déclassement.

Le Collège propose de déclasser le broyeur du service des travaux qui ne convient plus aux travaux actuels pour un acheter un nouveau.

Francis Tarzan Deliége intervient :

Le Collège propose au Conseil de déclasser et vendre le broyeur acheté en 1999 pour un montant de 4.597,95 €. Ce broyeur est une machine professionnelle équipée d’un moteur thermique d’une puissance de 10 CV.

Je suis allé voir la machine au hall des travaux. Elle est en excellent état. On voit par exemple que, même dans les zones de frottement, la peinture n’est pas beaucoup usée, de sorte qu’on peut penser qu’elle n’a pas été beaucoup utilisée depuis son achat en 1999.

D’après l’épaisseur de la couche de poussière qui la recouvre on se dit qu’elle n’a en tous cas pas travaillé depuis au moins deux ans.

Donc ce genre de travail n’est pas dans les priorités du service des travaux dont le personnel est, selon vous, surchargé de travail.

Il ressort aussi du dossier que le Collège veut acheter une machine beaucoup plus puissante pour un montant de 15.000,00 € plus TVA. Nous verrons ce qu’il en est lorsque le dossier sera présenté au Conseil.

Pour en revenir au déclassement proposé, je pense, sur base de ma connaissance des routes et chemins communaux, qu’il y a effectivement un nettoyage de végétation à réaliser, mais que cette végétation est constituée en majorité de buissons et de peu de gros arbres.

De plus, beaucoup d’endroits sont inaccessibles à de grosses machines et par contre accessibles à une petite machine telle que celle en notre possession.

En conclusion, je pense qu’il ne faut pas liquider le broyeur qui est en notre possession et qui, de toutes façons, ne mange pas de pain. 

 

La proposition de Tarzan est refusée par le collège et le point accepté majorité contre opposition.

1 | 2 | 3 | 4 | 5 >>