Echos du conseil du 17 mai 2018

Le Conseil s'est tenu ce 17 mai denier. 

En voici quelques échos. 

 

2-MT- remplacement des châssis administration bâtiment de Dalhem :

Mr Voos, l’architecte vient nous présenter le dossier.

Loïc Olivier demande :

Ce projet a pour but de remplacer les châssis de la maison communale à Dalhem. A la lecture de ce projet, nous avons les questions suivantes :

Ces travaux comprennent le remplacement de tous les châssis du bâtiment incluant la fenêtre qui sera remplacée par une porte lors des travaux d’accessibilité. Ne serait-il pas judicieux de coordonner ces deux projets afin d’éviter des frais inutiles ?

Réponse : dans la mesure du possible, c’est ce qui est prévu mais de toute façon le châssis de la fenêtre qui va être remplacée par une porte ne sera pas changé.

 

La motivation de ce projet est d’entretenir le bâtiment mais également de réaliser des économies d’énergie. Il aurait été logique de nous donner le coût de chauffage qui pourra être épargné via ces travaux.

Avez-vous calculé le gain de chauffage attendu grâce à cet investissement ?

Réponse : non, ces calculs sont assez compliqués et le service de la Région wallonne en charge du dossier va se charger de faire le calcul. L’architecte aurait voulu des châssis PVC pour augmenter l’isolation mais les Monuments et Sites ont exigé des châssis en bois.

 

Qu’en est-il de la ventilation ?

Les nouvelles menuiseries seront plus étanches au passage de l’air que les anciennes or on sait que si la ventilation des locaux est insuffisante, il y aura des problèmes d’humidité comment avez-vous réglé ce problème ?

Réponse : il y aura un flux d’air via la ventilation des sanitaires qui vont être rénovés (projet d’accès PMR)

 

Ce projet nous rappelle qu’en septembre 2014, nous avions parlé du remplacement des châssis avant de l’administration communale de Berneau, où en sommes-nous dans ce projet-là ?

Réponse : différentes propositions ont été faites au service des Monuments et Sites, nous attendons la réponse.

 

7- Site internet de la Commune – Application guichet en ligne – Convention d’utilisation avec le FEDICT 

Aurore Gryson intervient :

Pour une meilleure lisibilité de la convention entre la Commune et le FEDICT, il conviendrait, nous semble-t-il, de rajouter dans la délibération, avant le copier/coller de ladite convention que la Commune est « l’utilisateur » et le citoyen « l’utilisateur final ».

D’autre part, dans la convention :

L’article 1.3.3 : Coûts liés à l’utilisation sur service :

L’utilisation est gratuite. 

Le paiement éventuel dû aux responsables des sources authentiques pour les services de source d’information est à charge de l’utilisateur qui recourt aux services de cette source authentique.

Ce paragraphe est peu clair.  Avez-vous des exemples concrets pour l’illustrer ?

Réponse du Bourgmestre : la convention dit que c’est gratuit !

 

Aurore : quid du « payement éventuel » ?

Pas de réponse, la directrice générale dit finalement qu’elle va se renseigner.

 

Les articles 2.2.1. et 2.2.2. relatifs à l’indisponibilité du service :  Comment la population en sera-t-elle informée ? Mais surtout pour ces indisponibilités et pour les citoyens ne disposant pas d’un ordinateur, le service population de la Commune restera-t-il opérationnel ?

Réponse : les citoyens pourront toujours se rendre à l’administration communale, le guichet en ligne est un plus, il ne remplace pas le service actuel.

 

8- Environnement – bulles à verres enterrées – Berneau :

 

Loïc Olivier intervient :

Si le site envisagé pour le placement de ces bulles à verres enterrées devait s’avérer non standard à savoir avec présence d’eau, de roches ou nécessitant le déplacement d’impétrants, les frais supplémentaires seraient à charge de la commune.
Avez-vous vérifié si la commune risque de tomber dans l’un de ces cas ?

Francis Tarzan Deliége ajoute que le matériel est déjà rue des Trixhes.

Réponse : des sondages sont prévus, le matériel est déjà sur place car ils ont fait une tournée de distribution. Si le site ne convient pas, le matériel sera déplacé.

 

Sur quelle base le site de BERNEAU a-t-il été choisi ?

Réponse : parce qu’il est au milieu d’habitation, cela diminue les nuisances : bruit, odeurs, insectes.

 

En matière d’assurance, la franchise pourra dans certains cas être facturée à la commune en cas de problème. Connaissez-vous le montant de cette franchise ?

Réponse : non, la directrice générale va se renseigner.

 

9– Voiries communales – Raclage, reprofilage et enduisage de voiries :

 

Ce point avait été reporté lors du conseil du 29 mars car Jojo Cloes avait remarqué des erreurs dans le calcul des matériaux nécessaires.

Il est représenté ce jour avec une diminution du nombre de chaussées qui vont être réparées : 7 à la place des 9 prévues auparavant.

Jojo a étudié le nouveau dossier et fait 9 remarques dont :

L’action proposée vise à remédier entre autres à la présence de nids de poule. Mais dans beaucoup de cas, les nids auxquels on a à faire sont plutôt des nids d’autruche, vu leurs dimensions et notamment leur profondeur laquelle est bien supérieure à l’épaisseur de raclage qui est de 5 cm. Or, il faut savoir que si la profondeur du nid est supérieure à 5 cm, c’est le coffre de voirie qui est atteint et le simple remplissage comme prévu au cahier des charges proposé est une très mauvaise opération qui ne tiendra pas plus qu’un an ou deux. Elle équivaut à plomber une dent sans avoir enlevé la totalité de la carie.

Le poste 39 du métré prévoit l’évacuation des matériaux issus du fraisage vers le hall des travaux en régie d’heures. Cela n’a pas lieu d’être car les poste D …-RE comprennent l’évacuation. Le montant indiqué pour cela au métré est de 7200,00 €. C’est autant qu’on peut épargner.

 

Le délai de garantie est fixé à 1 an. Le QualiRoutes, quant à lui, prévoit 5 ans. Cela signifie donc qu’on est conscient que le type de travail qu’on impose à l’entrepreneur ne tiendra pas très longtemps et qu’il lui serait impossible de le garantir suffisamment. Belle envolée d’honnêteté vis-à-vis de l’entrepreneur !

 

En conclusion, vu le nombre et l’importance des remarques, et vu le fait que, tel quel, il prescrit des travaux de faible qualité, le cahier des charges doit être revu.

intervention complète de Jojo: RaclageEnduisageVoiries20180517.pdf (116940)

Réponse : Jean Janssen affirme que le travail sera bien fait, qu’il s’agit seulement de réparations et pas de réfection complète des chaussées et que le travail tiendra 6 ou 7 ans.

 

Ces arguments ne nous convaincant pas, nous votons non. 

 

Questions orales :

Francis Tarzan Deliége :

J’ai trois questions relatives à la sécurité des personnes.

1 : Berneau - Rive gauche de la Berwinne à hauteur du terrain de rugby - Peupliers

Sur la rive gauche de la Berwinne, à hauteur du terrain de rugby, il y a six peupliers qui sont très grands mais qui ne sont plus très vaillants. Le risque est donc qu’ils soient renversés lors de grands vents.

Que prévoyez-vous pour éliminer ce risque ?

Réponse : contact a été pris avec les services régionaux en charge de ce problème.

 

2 : Berneau - Rue des Trixhes – Circulation automobile.

La rue des Trixhes est réservée à la circulation locale.

Beaucoup d’habitants de la rue ont observé le passage d’un nombre de plus en plus grand de véhicules étrangers à la rue.

Les habitants ont aussi observé que beaucoup de véhicules roulent à une vitesse excessive.

Comment comptez-vous solutionner ces problèmes ?

Réponse : c’est surtout à cause des travaux à Fourons, le Collège en a parlé avec la police.

 

3 : Berneau – Ecole – Escalier du réfectoire – Main courante.

A l’école de Berneau, l’escalier qui relie le réfectoire au hall ne comporte aucune main courante.

Ce dispositif est indispensable pour les personnes à mobilité réduite et il sécurise aussi fortement les personnes à mobilité normale.

Pouvez-vous envisager d’améliorer la situation ?

Réponse : c’est comme cela depuis très longtemps, l’escalier est entre 2 murs et il n’y a jamais eu d’accidents. Le Collège n’a reçu aucune plainte.