Petit Patrimoine   

votes: Le Bourmestre propose le retrait du point de l'Ordre du Jour : accepté par 10 voix pour (MR/PS/CDH) et 5 abstentions (RENOUVEAU)

 

 

 

Petit Patrimoine-Loïc Olivier-27/11/2014


Notre commune regorge d’une multitude d’éléments de ce que l’on peut appeler  « petit patrimoine ».

 

Ce petit patrimoine est composé de pompes, croix, portails, enseignes en pierres… Avec le temps, il s’abime naturellement.

 

Certains entretiennent le petit patrimoine à proximité de chez eux mais ce n’est pas le cas de tout le monde que ce soit pour des raisons financières, désintérêt, manque de temps ou autres.

 

Ce phénomène engendre que le petit patrimoine risque de disparaitre peu à peu en d’autres mots, c’est notre histoire qui risque de disparaitre.

 

La région wallonne est consciente de ce problème et propose des subsides pour cette remise en état. La commune de Dalhem a déjà dans le passé bénéficié d’aides de la Région mais il nous semble important de continuer à préserver ces signes de notre passé.

 

C’est pourquoi, nous proposons que le collège:

 

  1. Effectue un recensement du petit patrimoine

 

  1. Evalue le coût de la remise en état de celui-ci.

 

  1. Fasse une demande à la Région Wallonne afin d’obtenir des subsides pour la remise en état de notre petit patrimoine menacé!

 

Annexes

 

 

 

 Petit patrimoine populaire wallon

 

Restaurer, rénover, valoriser le petit patrimoine populaire wallon

Valoriser la mémoire des lieux

Les éléments du petit patrimoine populaire wallon qui signent le paysage de nos villes et campagnes méritent que leur conservation soit efficacement assurée.

A côté du patrimoine architectural prestigieux (châteaux, églises,,,.), existent des petits édifices, plus humbles et plus modestes, qui, de par leur proximité et leurs silhouettes familières, marquent le territoire et le cadre de vie d'une empreinte significative. Ces traces et emblèmes de l'histoire locale constituent pour tous d'indéniables facteurs d'identification, des repères affectifs, des instruments d'orientation, qu’ils se situent en bordure de nos rues et routes, de nos carrefours et croisées de chemins, ou encore au cœur de nos places.

Les éléments du petit patrimoine populaire wallon sont autant de témoignages du passé, des modes de vie et de penser d'autrefois, des croyances et des traditions, des usages et des coutumes, des heurs. et malheurs de ceux qui nous ont précédés. Repères discrets d'expressions populaires, ils sont les reflets d'usages perdus ou de pratiques encore vivaces. Ce patrimoine collectif en tant que répertoire des signes d'autre-fois, majoritairement apprécié et respecté mais aussi en voie de dégradation naturelle ou sujet à des actes de vandalisme, se doit d'être restauré pour les générations futures.

En quoi consiste le petit patrimoine populaire wallon ?

Il s'agit des petits éléments construits, individuels ou partie intégrante d'un ensemble, qui agrémentent le cadre de vie, servent de repères à une population locale ou contribuent au sentiment d'appartenance, et qui font ou non l'objet d'une mesure de protection.

Les éléments constitutifs du petit patrimoine populaire wallon pouvant faire l’objet d’une demande de subvention dans le cadre de cette campagne sont les suivants :

1. Les points d'eau

1.1. Les fontaines: constructions d'où l'eau se déverse en permanence dans un bassin ou une vasque;

1.2. Les perrons-fontaines: monuments à colonne entourés d'un bassin de même plan parfois subdivisé, souvent ornementés de statues, bas-reliefs, motifs;

1.3. Les pompes: appareils, souvent colonnes en fonte ou édicules en pierre, munis d'un mécanisme permettant à l'aide d'un levier-piston d'extraire l'eau.;

1.4. Les puits : cavités maçonnées et creusées dans le sol afin de puiser l'eau dans les nappes souterraines.;

1.5. Les lavoirs : constructions à usage collectif aménagées pour laver le linge dans un ou plusieurs bassins reliés à une source ou à une arrivée d'eau.;

1.6. Les abreuvoirs : bacs maçonnés, taillés ou assemblés, destinés au cheptel.;

1.7. Les sources : points d'émergence pour la distribution collective d'eau.

Endroits où une eau souterraine se déverse à la surface du sol, recueillie ou non sous forme d'une pièce d'eau;

1.8. Les roues à aubes : rappel d'une ancienne activité économique pour laquelle il y a lieu de prendre en considération la roue dans son ensemble, à savoir la roue et son mécanisme direct;

1.9. Les gargouilles et les cracheurs : ouvrages sculptés ou moulés d'évacuation des eaux pluviales.

2. Le petit patrimoine sacré

2.1. Les croix : expressions de la piété populaire matérialisée par une croix (en bois, en métal, en pierre ... );

2.2. Les calvaires : croix dont l'iconographie commémore la passion du Christ. Le Christ en croix est ici accompagné de la Vierge, d'autres saints ou de symboles religieux;

2.3. Les potales : niches creusées dans un mur et abritant la statue d'un saint, généralement fermées par une grille ou une vitre, et placées le plus souvent au-dessus d'une porte ou à l'angle d'un bâtiment. Par analogie, toute petite chapelle en bois fixée au mur dont elle se dégage, voire à un arbre;

2.4. Les bornes-potales : les potales sont dites bornes-potales lorsqu'elles sont posées sur un piédestal. Il s'agit alors d'édicules en pierre ou en métal qui sont soit adossés à un mur, soit isolés sur le bord d'une route ou d'un chemin;

2.5. Les reposoirs fixes : petites constructions élevées jadis au bord des routes pour le repos et la prière des voyageurs. Eléments bâtis (briques, moellons, ... ) destinés aujourd'hui à contenir statue et divers objets de culte;

2.6. Les clochetons d'appel : petits clochers à usage fonctionnel pour l'alarme ou l'appel;

2.7. Les cloches : de la clochette au bourdon;

2.8. Les carillons;

2.9. Les orgues.

 

 

3. Les ouvertures

3.1. Les portes : ouvertures spécialement aménagées dans un mur d'une partie construite pour permettre le passage;

3.2. Les portails : compositions monumentales, par la dimension ou la décoration, à une ou plusieurs portes;

3.3. Les portiques : galeries en rez-de-chaussée, soutenues par deux rangées de colonnes ou par un mur et une rangée de colonnes;

3.4. Les préaux;

3.5. les balcons;

3.6. Les loggias et les oriels : ouvrages vitrés, en surplomb, formant une sorte de balcon clos sur un ou plusieurs étages.

4. La signalisation

4.1. Les enseignes suspendues : objets en terre cuite, en bois ou en métal, peints ou travaillés, suspendus à une attache (hampe) perpendiculairement à la façade;

4.2. Les enseignes en pierre : motifs sculptés en bas-relief, le plus souvent de forme rectangulaire ou carrée, peints ou non, intégrés à l'architecture. Images taillées identifiant la maison d'un artisan, d'un négociant ou d'un bourgeois;

4.3. Les colonnes Morris : édicules cylindriques sur lesquels on affiche les programmes de spectacle, d'expositions, etc.;

4.4. Les panneaux de signalisation : éléments supportant un ou des panneaux de signalisation (surfaces planes de bois, de métal. .. ) servant de supports à des inscriptions. Anciens poteaux indicateurs avec bras directionnels mentionnant destinations routières et directions;

4.5. Les balises : dispositifs mécaniques, optiques, sonores ou radioélectriques destinés à signaler un danger ou à délimiter une voie de circulation;

4.6. Les anciennes devantures de magasin;

4.7. les anciennes publicités de marque disparues.

5. La délimitation

5.1. Les bornes-frontières : pierres plantées dans le sol, comportant souvent des inscriptions afin de délimiter le territoire entre principautés, duchés ou états;

5.2. Les bornes de limite : bornes délimitant une propriété, un domaine, une seigneurie, une paroisse, un terrain... , souvent décorées d'armoiries ou d'initiales;

5.3. Les bornes topographiques : bornes descriptives du relief d'un lieu, d'un terrain, d'une portion de territoire ou d'un Etat. Indispensables pour les levées de cartes, les plans de terrains, la fixation des cotes de nivellement;

5.4. Les bornes géodésiques : bornes divisant la planète afin d'en permettre la mesure et en déterminer la forme;

5.5. Les bornes postales : édicules rouges installés sur les trottoirs et ornés du cornet postal, qui sont destinés à recueillir la correspondance;

5.6. Les chasse-roues : bornes ou arcs métalliques pour protéger des roues des voitures les murs d'angle d'un portail ou d'une porte cochère.

6. L'éclairage

6.1. Les réverbères : appareils destinés à l'éclairage de la voie publique;

 

6.2. Les candélabres : colonnes métalliques ornementées et portant un dispositif d'éclairage public, à l'image d'un grand chandelier à plusieurs branches et sources lumineuses;

6.3. Les consoles appliquées : organes fixés en saillie sur un mur et destinés à porter un appareil d'éclairage public, à une ou plusieurs sources lumineuses;

7. La mesure du temps et de l'espace

7.1. Les horloges : appareils fixes de mesure du temps, intégrés au mur des maisons communales, des gares, des beffrois, des églises…;

7.2. Les cadrans solaires : horloges solaires, de forme carrée ou ronde, au cadran gravé ou dessiné à même la façade d'un bâtiment;

7.3. Les tables d'orientation : tables circulaires de pierre sur lesquelles sont figurés les points cardinaux et les principales caractéristiques topographiques;

7.4. Les appareils extérieurs et fixes de mesure météorologique :

- baromètre: instrument qui sert à la pression atmosphérique;

- thermomètre: instrument qui sert à mesurer la température;

- anémomètre: instrument qui sert à mesurer la vitesse d'écoulement d'un fluide gazeux en particulier la vitesse du vent;

7.5. Les girouettes.

8. La iustice et les libertés

8.1. Les perrons : colonnes de pierre érigées sur un socle à plusieurs degrés, symbolisant les libertés;

8.2. Les croix de justice : croix servant à marquer l'endroit où la justice était rendue et les sentences proclamées;

8.3. Les piloris : piliers, colonnes. poteaux, petits mâts auxquels on attachait les condamnés pour les exposer à l'indignation publique. Parfois, ils portent une roue sur laquelle étaient fixés et torturés les malfaiteurs;

8.4. Les arbres gibets : arbres ayant servi à la pendaison.

9. Le repos

9.1. les anciens petits abris de bus, tram, train;

9.2. les fabriques de jardin;

9.3. les gloriettes: pavillons de jardin;

9.4. les kiosques : petites boutiques sur la voie publique, édicules pour la vente de journaux, de fleurs,... pavillons ouverts de tous côtés, installés dans les jardins, sur les promenades publiques;

9.5. les vespasiennes et empêches-pipi installés sur la voie publique.

10. L'ornementation en fer

10.1. Les pièces ouvragées de consolidation, de soutien et de rotation : ancres (ouvrages métalliques destinés à consolider un mur), pentures (bandes de fer fixées sur les battants d'une porte), ferrures (pièces d'assemblage métallique) et les épis;

10.2. Les pièces ouvragées de protection : garde-corps de balcons et fenêtres (ouvrages à hauteur d'appui devant un vide), grilles (ouvrages à claire-voie destinés à protéger ou à interdire l'accès à un lieu), grilles de rampes d'escalier, auvents (couvertures en surplomb d'un espace à l'air libre, devant une baie ou une façade).

10.3 Les pièces ouvragées de sécurité : serrures, gonds, heurtoirs, chaînes d'entrave

11. Le patrimoine militaire et la commémoration

11.1. les postes et tours de guet : petites constructions en vue d'abriter un guetteur pour surveiller des parcelles ou biens publics ou privés;

11.2. les monuments aux morts : monuments édifiés en hommage aux morts des guerres et autres conflits notamment les monuments en pierre, plaques commémoratives, sépultures militaires ou de victimes civiles, stèles, édicules,...;

11.3. les témoins d'évènements du passé : monuments, statues ou plaques commémoratives concernant un personnage illustre, un évènement culturel ou un fait historique.

11.4 Les sépultures d'importance historique locale : il peut s'agir d'une sépulture à valeur patrimoniale qui se justifie par son intérêt historique, artistique, social, technique ou paysager.

12. Les arbres remarquables

12.1. Les arbres liés à des croyances populaires ou à des pratiques religieuses : arbres à clous, arbres à loques, arbres vénérés sur lesquels sont apposés des symboles religieux, arbres intimement liés à un lieu de culte;

12.2. Les arbres liés au folklore, à des légendes ou à des traditions : arbres liés à des processions, arbres aux sorcières…;

12.3. Les arbres limites et les arbres repères : les arbres qui font officiellement office de borne, les arbres dont la localisation est liée à leur caractère imposant et leur position dominante, notamment sur la ligne d'horizon;

12.4. Les arbres de justice : arbres des plaids, arbres gibet;

12.5 Les arbres commémoratifs : arbres plantés à l'occasion d'un événement mémorable (arbre du Centenaire de l'indépendance belge ... ) ou rappelant un fait historique (arbre Napoléon, ... );

12.6. Les arbres présentant un intérêt dendrologique particulier : arbres qui doivent être considérés comme patrimoniaux en raison de leur longévité exceptionnelle, de leurs dimensions extraordinaire ou du fait qu'ils présentent une curiosité biologique remarquable.

 

13. Les outils anciens

13.1. les alambics : appareils servant à distiller, en particulier l'alcool;

13.2. les meules;

13.3. les pressoirs : machines servant à presser certains fruits pour en extraire le jus;

13.4. les machines à tordre;

13.5. les moulins à vents dans leur ensemble;

13.6. les fours (à pain, à boulets, à chaux, à chanvre,...);

13.7. les travails à ferrer : dispositifs conçus pour maintenir de grands animaux, en particulier lors du ferrage;

13.8. les gabarits : outils d'une forme déterminée auquel on fait référence pour assurer la conformité de la chose construite.

14. L'art décoratif

14.1. les mosaïques : pièces multicolores de matériaux durs assemblées et juxtaposées pour former un dessin;

14.2. les peintures murales;

14.3. les vitraux;

14.4. les rosaces : figures symétriques formées de courbes inscrites dans un cercle à partir d'un point ou du bouton central ayant plus ou moins la forme d'une rose ou d'une étoile;

14.5. les trompes l'oeil;

14.6. les panneaux décoratifs.

15. Les biens relatifs à la faune, la flore et aux minéraux

15.1. les nichoirs;

15.2. les pigeonniers;

15.3. les colombiers;

15.4. les poulaillers;

15.5. les volières publiques;

15.6. les canardières;

15.7. les pédiluves;

15.8. les serres;

15.9. les pergolas : petites constructions faites de poutrelles reposant sur des piliers légers;

15.10. les murs de jardins clos;

15.11. les murs en pierres sèches : murs réalisés selon la technique de construction consistant à assembler, sans aucun mortier, des moellons, des plaquettes, des blocs, des dalles bruts ou ébauchés.

16. Le transport

16.1. les petits éléments du patrimoine ferroviaire et vicinal;

16.2. les ponts-bascules : dispositifs de pesage, du type bascule;

16.3. les petits embarcadères;

16.4. les tourniquets;

16.5. les barrières.

17. Les ateliers

17.1. les bergeries;

17.2. les petites briqueteries;

17.3. les ardoisières;

17.4. les cabanes de cantonniers;

17.5. les cabanes en pierres sèches;

17.6. les petites forges (les « macas »);

17.7. les glacières;

17.8. les faïenceries;

17.9. les saboteries;

17.10. les ateliers de vanniers;

17.11. les ateliers de tonneliers.

Objet de la subvention

   •    Les travaux d'entretien, de réfection, de rénovation et de restauration des éléments constitutifs du petit patrimoine populaire wallon, qu'ils appartiennent au domaine public ou privé.

   •    La subvention n'est pas accordée pour la création d'un élément.

   •    Ces travaux peuvent être assortis de mesures de conservation d'un ou d'arbres remarquables (élagage, câblage, placement de béquilles. protection,..) pour autant qu'ils soient à proximité d'un des éléments constitutifs du petit patrimoine populaire wallon.

   •    Une nouvelle plantation ne sera pas prise en considération.

   •    Toute action collective de mise en valeur et de promotion d'un ou de plusieurs éléments constitutifs du petit patrimoine populaire wallon sous forme d'animations (expositions de photographies, circuit-promenade,...) ou d'éditions (dossier pédagogique, cartes-promenades, dépliants, brochures avec illustrations et notices descriptives,...). Les initiatives qui concernent des éléments dont l'état de conservation n'est pas jugé suffisant ne seront pas prises en considération.

   •    La subvention n'est pas accordée pour une activité d'ordre festif ou à caractère commercial.

Quelles conditions doctroi ?

   •    La subvention concerne les éléments constitutifs du petit patrimoine populaire wallon définis en annexe et qui présentent un caractère esthétique, historique ou exceptionnel.

   •    L'élément sera visible depuis la voirie ou accessible au public.

   •    Les demandes seront honorées dans les limites des crédits budgétaires.

Quelles subventions ?

   •    Une subvention maximale de 7.500 euros (jusqu'à hauteur de 100%) est accordée pour des travaux d'entretien, de réfection, de rénovation et de restauration, assortis ou non de mesures de conservation d'un ou d'arbres remarquables.

   •    Une subvention maximale de 2.500 euros (jusqu'à hauteur de 100%) est accordée pour toute action collective de mise en valeur et de promotion du petit patrimoine populaire wallon.

   •    Les frais d'étude (architectes, paysagistes, experts,...) ne sont pas pris en considération.

Un dossier séparé sera introduit par type de demande d’aide et par objet.

Comment procéder ?

Pour introduire une demande, il convient de constituer un dossier sur base d’une fiche à compléter  et d’annexes à fournir.

   •    Un dossier séparé sera introduit par type de demande, à savoir; soit des travaux de rénovation et de restauration, soit une action de promotion.

   •    Pour l'identification du groupe et sous groupe, il y a lieu de se référer aux définitions des éléments constitutifs du petit patrimoine populaire wallon repris plus haut.

Doivent figurer en annexes pour les travaux d'entretien, de réfection, de rénovation et de restauration ainsi que pour les mesures de conservation d'arbres remarquables:

1. Un plan de situation de l'élément patrimonial (extrait carte ou plan au 1/10.000e et extrait du plan cadastral, indiquant notamment si celui-ci est accessible à tous ou largement visible du domaine public.

2. Copie de l'arrêté de classement ou de l'arrêté d'inscription sur la liste de sauvegarde ou de toute autre mesure de protection dont l'élément ferait l'objet.

3. L'autorisation du propriétaire, le cas échéant.

4. L'indication, détaillée et chiffrée des actes et travaux ou des actions de promotion à l'aide de devis précis.

5. Photographies et diapositives sous enveloppe.

Doivent figurer en annexes pour les actions collectives de mise en valeur et de promotion, l’indication, détaillée et chiffrée des actions de promotion à l'aide de devis précis.

Quand ?

Les dossiers complets, accompagnés de toutes les annexes, seront traités au fur et à mesure de leur introduction jusqu’à l’épuisement des crédits budgétaires disponibles.

Où adresser le dossier et obtenir tout renseignement complémentaire ?

DGO4 Département du Patrimoine
Direction de la Restauration
Petit Patrimoine Populaire Wallon

Rue des Brigades d'Irlande, 1

5100 JAMBES

Tél.: 081/33 21 78

Fax: 081/33 24 01

e-mails: christine.herman@spw.wallonie.be

jeanmarie.dumont@spw.wallonie.be

 

[1]

Restauration du Petit Patrimoine Populaire wallon

Vendredi, 25 Janvier, 2013

Le patrimoine populaire wallon est d’une grande richesse. On y dénombre plus de cent éléments constitutifs, très divers, témoignages de notre culture. A titre d’exemples : cadrans solaires, abreuvoirs, pompes, vitraux, reposoirs, bornes frontière, balcons, grilles, abris de jardins, serres, poteaux indicateurs, balcons, …

Les communes wallonnes peuvent bénéficier des crédits « Petit Patrimoine Populaire Wallon » afin de restaurer les éléments du petit patrimoine présents sur leur territoire. Les Collèges communaux de Wallonie sont invités à faire usage du crédit annuel de 600.000 euros alloué à la restauration du Petit Patrimoine Populaire Wallon.

La liste complète du Petit Patrimoine Populaire Wallon peut être consultée sur le site de l’administration wallonne du Patrimoine. Il indique également la procédure à suivre pour l’obtention d’une subvention, pouvant atteindre 7.500 euros. Une demande de subventions peut être formulée par toute personne privée ou de droit public.[2]